Home > Modules de formation > Les plantes cultivées en régions chaudes Ressources bibliographiques | Lexique | Contact


Bananier (Musa spp.)

La sexualité chez les plantes - Fleurs mâles

A la fin de la montaison, chez la plupart des variétés, la jeune inflorescence à peine sortie du pseudo-tronc formé par les feuilles, ne reste pas érigée. La tige, à la sortie du faux-tronc, forme une hampe qui se courbe par géotropisme et sous l'effet du poids du bourgeon. Celui-ci contient à ce moment des fleurs mâles et des fleurs femelles.
musaplant4.htm
Image bananier-ssr-30575

Le bourgeon, après avoir produit une série de mains "femelles" sur lesquelles les ovaires des fleurs se transforment en bananes, poursuit sa progression vers le bas. Les spathes continuent à se relever une à une découvrant cette fois des fleurs mâles disposées en mains comme les fleurs femelles. Ces fleurs sont caduques. Les spathes qui les protègent le sont généralement aussi.
musabourg.htm
Image bananier-30525
L'inflorescence adulte du bananier est composée :
- d'une hampe (1) qui, au sommet du bananier, émerge du vase formé par les pétioles des dernières feuilles produites. Cette hampe forme une crosse et dirige l'ensemble vers le bas ;
-d'un rachis (2) prolongeant la hampe et faisant toute la longueur de l'inflorescence. Il développe des coussinets floraux qui apparaissent à l'aisselle de spathes ou bractées généralement caduques.
Chaque coussinet porte une main de fleurs ; les premières mains formées sont des mains de fleurs femelles (3) persistantes évoluant en bananes puis viennent des mains de fleurs dites mâles ou intermédiaires en fonction du degré de développement de l'ovaire. Elles sont généralement caduques comme ici. Un bourgeon terminal (4) perpétue ce développement du rachis et cache sous ses spathes des mains de fleurs en voie de maturation.
Image bananier-14929 (dr-14929b)
Après avoir produit ses mains de fleurs femelles caractérisées par l'important développement des ovaires en bananes, le bourgeon continue à produire des mains de fleurs, mâles cette fois. Ces mains se découvrent elles aussi par l'ouverture des spathes.
musabourg.htm
Image bananier-ssr-30543
Chaque main de fleurs mâles se développe à l'aisselle d'une large bractée généralement caduque, souvent très colorée et pruineuse qui s'écarte à maturité. Les fleurs non fonctionnelles, qui n'évoluent donc pas en bananes, peuvent être caduques ou, selon les espèces et les variétés, subsister un certain temps comme ici.
Image bananier-30536
Les fleurs mâles ont la même structure florale que les fleurs femelles mais les ovaires y sont toujours plus ou moins atrophiés, en fonction des espèces et des variétés. Les étamines peuvent être stériles (staminodes), comme ici, ou porter des anthères, toujours en fonction des espèces et des variétés.
Image bananier-30537
Le bourgeon, de moins en moins volumineux, continue à produire des mains de fleurs mâles ; quotidiennement, une bractée se soulève pour laisser apparaître cet ensemble de fleurs qu'est "la main". La bractée et la main fanent et tombent chez certaines variétés ou persistent chez d'autres.
musabourg.htm
Image bananier-ban2025

La bractée fane et tombe chez certaines variétés ou persiste chez d'autres. La main de fleurs mâles est souvent caduque, elle aussi. La chute des bractées et des mains laisse sur le rachis des coussinets dénudés.
musabourg.htm
Image bananier-10434

Deux bractées ont, ici, été arrachées. Chaque "doigt" d'une main est une fleur mâle prenant naissance sur un coussinet commun à la "main". Les coussinets sont disposés en spirale sur l'axe.
Image bananier-dr-2096
Les fleurs mâles sont, comme les fleurs femelles, disposées par "main" de deux rangées de fleurs accolées, sur des coussinets floraux à l'aisselle de bractées ou spathes. Quelques spathes ont été ici retirées pour découvrir les fleurs mâles en voie de maturation.
Image bananier-2141 (ban2041)
Les coussinets après la chute des bractées et des fleurs sont dénudés.
Image bananier-ban2002
Une coupe dans le rachis fait apparaître les coussinets (trois coussinets sont étagés ici autour du rachis). Ces coussinets portent les cicatrices des fleurs tombées. Les coussinets sont disposés en spirale sur le rachis.
Image bananier-dia15
Le bourgeon terminal de l'inflorescence continue de produire des mains de fleurs mâles à l'aisselle de spathes colorées.
Image bananier-ban2031
Un quartier de bourgeon terminal montre bien l'évolution des mains successives de fleurs mâles, abritées chacune par une spathe protectrice qui se colore en grandissant.
Image bananier-ban2048
La fleur mâle est composée à la base d'un ovaire non fonctionnel, c'est-à-dire qui ne se développe pas en fruit (ce qui la différencie de la fleur femelle), surmonté de 5 tépales dont 4 sont soudés. Les 5 tépales entourent 5 étamines et un style.
musafm.htm

Image bananier-ban2064
La fleur mâle est composée à la base d'un ovaire non fonctionnel, c'est-à-dire qui ne se développe pas en fruit (ce qui la différencie de la fleur femelle), surmonté de 5 tépales dont 4 sont soudés. Les 5 tépales entourent 5 étamines et un style.
musafm.htm
Image bananier-ban2065
La dissection de la fleur mâle du bananier permet d'isoler, de gauche à droite, un tépale libre, cinq étamines aux anthères oblongues, un style surmonté d'un stigmate globuleux et quatre tépales soudés. Le tout garnit, au centre, le sommet d'un ovaire atrophié. musafm.htm
Image bananier-dia12
Parfois la différence entre fleurs femelles (se transformant en bananes) et les fleurs mâles à ovaire totalement atrophié, est moins nette. Des fleurs dites intermédiaires peuvent apparaître sur une partie ou sur l'ensemble du rachis après la production de fleurs femelles. Les ovaires se sont peu développés et restent attachés au rachis. On parle de fleurs intermédiaires.
Image bananier-30523
Les fleurs intermédiaires sont assimilées aux fleurs mâles parce qu'elles n'évoluent pas en bananes. Leur structure est intermédiaire entre celle des fleurs mâles et femelles.
Image bananier-30524