Home > Modules de formation > Les plantes cultivées en régions chaudes Ressources bibliographiques | Lexique | Contact


Riz (Oryza sativa)

La sexualité chez les plantes - Epillet et fleur

La panicule ou inflorescence du riz émerge sur une tige fertile au niveau de l'articulation du limbe et de la gaine foliaire de la dernière feuille dite "feuille paniculaire". La panicule, plus ou moins érigée, plus ou moins compacte, selon les variétés, est composée d'un pédoncule prolongé par un rachis aux noeuds plus ou moins rapprochés. Le rachis porte des ramifications qui sont des racèmes ramifiés eux-mêmes en racémules d'ordres supérieurs. Ils portent des épillets pédicellés uniflores, c'est-à-dire composés d'une seule fleur chacun. Chaque fleur est protégée par de petites pièces florales : les glumes et les glumelles.
rizpanicule.htm

Image riz-27324 (i-rizpanicule2)

Chaque épillet est uniflore, c'est-à-dire qu'il n'est composé que d'une seule fleur et est porté par un pédicelle. Il présente à sa base deux petites bractées, les glumes, surmontées de deux grandes bractées refermées l'une sur l'autre, les glumelles : une glumelle inférieure (la lemma) et une glumelle supérieure (la paléa). Ces dernières portent 5 nervures dont la nervure centrale, surtout chez la lemma, peut se prolonger par une aristation dont la taille et la forme sont des caractères variétaux. De plus, les glumelles sont souvent couvertes d'une légère pilosité.
rizepiuni.htm
Image riz-26681

A la base de l'épillet, les glumes (une glume supérieure et une glume inférieure), très petites et portées par le pédicelle, sont deux bractées extérieures, à structure de feuille. Elles embrassent la partie inférieure des deux glumelles.
Image riz-26339
La lemma est la glumelle inférieure. Elle s'insère sous le point d'insertion de l'autre glumelle (paléa). La coloration des glumelles est un caractère variétal, mais cette coloration n'est définitive qu'à la maturité. L'abondance et la taille des poils ou pilosité sont également un caractère variétal.
Image riz-26349
La paléa ou glumelle supérieure s'insère plus haut que la lemma sur le pédicelle de l'épillet. La coloration des glumelles est un caractère variétal, mais cette coloration n'est définitive qu'à la maturité. L'abondance et la taille des poils ou pilosité sont également des caractères variétaux.
Image riz-26350
Les deux glumelles sont étroitement imbriquées l'une à l'autre, la paléa (glumelle supérieure) étant sertie par la lemma (glumelle inférieure).
Image riz-27235 (i-rizfruitglum)
Les épillets peuvent être dits "barbus" parce qu'aristés comme ici, l'aristation étant le prolongement de la nervure centrale de la glumelle inférieure. Cette barbe est une caractéristique variétale. Elle peut avoir diverses formes et être plus ou moins importante. Quand elle n'existe pas chez une variété, on parle de "variété mutique".
Image riz-36247 (dr-3792)
L'épillet ne contient qu'une seule fleur hermaphrodite qui possède donc à la fois l'androcée (étamines) et le gynécée (ovaire). Le pollen produit par les anthères a une durée de vie qui ne dépasse pas les 5 minutes tandis que les stigmates du gynécée peuvent être réceptifs durant une semaine.
rizepillet.htm

Image riz-26362
Après ablation des glumes et des glumelles, on peut observer le gynécée entouré par l'androcée. Du centre vers l'extérieur, on découvre : l'ovaire, contenant un seul ovule et surmonté de deux styles aux stigmates plumeux, six étamines portant les six anthères bilobées et, à la base, un périanthe réduit à deux petits organes incolores qu'on appelle les lodicules et dont le gonflement, à l'anthèse, provoque l'ouverture des glumelles.
rizepillet.htm

Image riz-26368 (ir-anthers)
L'appareil reproducteur femelle ou gynécée (à gauche) comprend un ovaire allongé ne contenant qu'un seul ovule surmonté de deux styles garnis de stigmates plumeux, dont la coloration peut varier du blanc au violet très foncé selon les variétés. L'appareil reproducteur mâle ou androcée (à droite) comprend six étamines (ici débarrassées de leur filet) portant chacune une anthère cylindrique à deux lobes très développés.
Image riz-36246 (dr-3794)
L'appareil femelle est ici isolé ; il est composé d'un ovaire uni-ovulaire surmonté de deux styles porteurs de stigmates plumeux. Un épaississement du pédicelle sert de socle à l'ensemble.
Image riz-26604 (ir-ovoaireint)
A l'anthèse, lemma et paléa s'écartent sous la pression des lodicules qui gonflent à leur base laissant apparaître les étamines. L'ouverture de la fleur ne se fait généralement qu'après que la fécondation ait eu lieu à l'abri des glumelles encore fermées. L'autofécondation est donc une règle qui ne souffre que de peu d'exception (1 à 10%) en fonction des variétés et de la densité des populations d'insectes butineurs. Certaines variétés sont totalement cléistogames, c'est-à-dire que les glumelles ne s'entrouvrent pas et qu'il y a donc autofécondation à 100%.
Image riz-26345
Après fécondation, les lodicules se dessèchent et permettent aux glumelles de se refermer sur l'ovaire désormais fécondé qui se transforme en grain. Les glumelles et les glumes vont virer du vert au brun plus ou moins foncé pendant la formation de l'albumen et de l'embryon qui constitueront le grain de riz.
Image riz-26682
Antenne de Formation à Distance - Louvain-la-Neuve (AFD-LV)